Publicités
Accueil > Expériences personelles > Je dois aller à un enterrement, comment ça va se dérouler?

Je dois aller à un enterrement, comment ça va se dérouler?

La vie n’est pas toujours remplie d’événements heureux que ce soit un mariage, la naissance d’un bébé, une promotion, l’achat de la voiture de ses rêves, un voyage tant attendu ou quoi que ce soit. On a parfois a affronter des événements auxquels on aurait préféré ne pas être conviés, auxquels on ne voudrait pas être présent et pourtant, on ne peut pas se cacher dans le déni, on doit les affronter de pleine face, faire avec, s’adapter et essayer de surmonter tout ça. On pourrait parler d’un accident de voiture relativement grave, un divorce, la perte brutale d’une énorme somme d’argent, d’une maladie ou bien encore, comme le veux le sujet de cet article, le décès d’un père ou d’une mère, d’un grand père ou d’une grand mère, de sa soeur ou son frère, son enfant, un autre membre de la famille ou encore un ami.

La mort, définie comme l’arrêt total des fonctions de nos organes et de l’arrêt du cycle de nos cellules, est un processus naturel et inévitable que tout le monde, que ce soit vous qui soyez en train de lire ou moi, aura à « affronter » dans son ultime souffle. On ne peut y échapper (pour le moment), c’est chacun notre tour mais on ne sait pas quand. La mort nous affecte tous, plus ou moins, selon nos personnalités, notre métier, l’affinité que l’on peut avoir avec la personne décédée… Toutefois, on en reste pas moins insensible même si ce sujet n’est jamais abordé et très souvent esquivé. Alors venons-en au sujet même de l’article, comment se déroule un enterrement de la cérémonie jusqu’au cimetière?

Rendez-vous est donné à l’Eglise. Le cercueil est présent sur le devant de l’autel, celui-ci est fermé, des fleurs posées sur le dessus et des bougies l’entourant. Les membres proches de la familles tels que les parents, enfants, petits enfants sont placés sur les premiers bancs puis les autres personnes se placent derrière. Des agents des pompes funèbres se tiennent sur les côtés, le prêtre se prépare à commencer la cérémonie et des choeurs peuvent être présents lors des chansons.

Un exemple de musiques d’enterrement :

La funérailles commencent. Durant toute la cérémonie, le prêtre nous rappelle pourquoi nous sommes réunis en ce jour et en ce lieu, il rappelle succinctement le parcours du défunt, il en fait sa brève biographie nous rappelant à nous tous qui il était et ce qu’il a accompli dans sa vie. Des textes d’évangiles sont alors récités : aussi bien par le prête que par un membre de la famille si il le souhaite en ayant au préalable choisi un texte. Nous sommes également appelés à nous lever, à faire le signe de croix et à réciter des prières connues « Au nom du père et du saint esprit […] Amen. » Des instrumentales de piano le plus souvent (mais aussi des chansons) sont également jouées entraînant un grand moment de silence. Grosse boule à la gorge et yeux humides au rendez vous. Le prêtre invite les très proches membres de la famille à venir autour du cercueil et d’y allumer avec un cierge les bougies l’entourant.

Le signe de croix pour ceux qui ne savent pas et qui veulent se préparer (front, poitrine, épaule gauche, épaule droite):

Ensuite, les agents des pompes funèbres préparent l’eau bénite et l’encens qui sera « jetée » sur le cercueil. Tour à tour, les gens passent devant le cercueil pour y faire un signe de croix, y poser une main en signe d’amitié ou y poser le front. Voilà, comment se déroule en général la cérémonie avec des variantes ensuite propres à chaque Eglise mais l’idée est là.

Parmi les autres alternatives que l’on peut voir, il y a :

– les discours de la famille
– le dépôt d’une rose
– la diffusion d’un diaporama
– la présence d’un orchestre
– […]

Le cercueil est ensuite transporté jusqu’au véhicule, tout le monde se dirige vers le cimetière. L’atmosphère n’est pas des plus agréables, la tristesse se ressent généralement dans les regards, dans les paroles. On a envie de fuir pour s’isoler et lâcher toutes les larmes de son corps. Arrivés devant la tombe avec le grand trou, le cercueil est descendu du véhicule. Une petite instrumentale bien triste est une nouvelle fois lancée. On nous annonce qu’il est désormais l’heure de dire au revoir physiquement à notre défunt(e). C’est relativement triste, certains nez se mettent à renifler subitement, des doigts furtifs sont portés aux yeux subitement. Le cercueil est déposé au fond du trou et nous sommes invités à passer chacun notre tour à faire un signe de croix tout en lançant l’eau bénite sur le cercueil.

Le dernier au revoir est donné, c’est terminé, on peut y aller. L’ensemble cérémonie + cimetière se fait sur environ 1h15-1h30 de temps. La vie reprend ensuite son cours « normal », la Terre ne s’arrête pas de tourner, le temps passe. Ce moment douloureux de la vie nous affecte quelques temps et puis de jour en jour, on finira par l’oublier un peu plus, nos activités reprenant le dessus et comme on dit : « C’est la vie. ». Alors n’oubliez pas de prendre soins des gens que vous aimez mais dites leurs également.

Photo creditseriykotik1970 / Foter.com / CC BY-NC / Alison Christine / CC BY
Publicités
Catégories :Expériences personelles
  1. amandine maury
    30 octobre 2013 à 11 h 00 min

    J ai 11ans est mon grand-père est mort a 83ans quatre jours avant son anniversaire un peu subitement et cela va être mon premier enterrement enfin plutôt mon deuxième mais je n’était qu’un bébé au premier .Meme si il était parfois ronchon je l’aimais quand-même beaucoup mon papie chérie 😥

  2. nutella__93@hotmail.fr
    7 juillet 2014 à 13 h 15 min

    « La vie reprend ensuite son cours « normal », la Terre ne s’arrête pas de tourner, le temps passe. Ce moment douloureux de la vie nous affecte quelques temps et puis de jour en jour, on finira par l’oublier un peu plus, nos activités reprenant le dessus et comme on dit : « C’est la vie. ».

    –> Ouais, en gros, après, on en a plus rien à foutre et on fait comme si la personne n’était pas morte, lol… On pleure 1 jour et puis basta, c’est comme si on avait juste perdu un jouet au final.

    Ah, qu’est-ce qu’il ne faut pas entendre, vraiment…

    « C’est la vie » ?
    Tiens, je suis suivie à la Maison de Solenn, créée en hommage à la fille de Patrick Poivre d’Arvor. Elle a mis fin à ses jours en laissant une lettre à son père : « Merci pour tout mais je n’aime pas la vie. Je veux être incinérée et gardée dans une petite boîte, mais pas jetée à la mer ».
    Elle avait également écrit à sa famille : « Je vous aime, mais je n’aime pas la vie ».

    Ben, quand je lis que « C’est la vie » de perdre des êtres chers, je me dis que cette fille avait raison de ne pas l’aimer, la vie…

    La vie, c’est perdre des êtres chers, dis donc c’est trop génial 🙂
    Moi, j’ai perdu ma grand-mère en octobre dernier, la vie est belle, je vais danser la samba…

  3. Oiseau-de-Pluie
    7 juillet 2014 à 13 h 28 min

    J’oubliais.
    Il y a écrit : « On a parfois a affronter des événements auxquels on aurait préféré ne pas être conviés, auxquels on ne voudrait pas être présent et pourtant, on ne peut pas se cacher dans le déni, on doit les affronter de pleine face, faire avec, s’adapter et essayer de surmonter tout ça.  »

    —> Non, on ne « doit » pas. Personne n’est obligée de rien. Personnellement, je ne suis pas allée à l’enterrement de ma grand-mère et heureusement (j’étais déjà dépressive depuis six ans avec son décès : six ans d’automutilation, quatre hospitalisations en psychiatrie -dont je garde d’ailleurs de très mauvais souvenirs-, déscolarisation, tentatives de suicide et j’en passe).
    Bien sûr, son décès n’a fait qu’aggraver mon mal-être. Surtout que je l’ai vu morte…
    Souvent, on lit que le fait de voir le corps du défunt permet d’intégrer la réalité. Quelle belle connerie…
    Depuis que j’ai vu ma grand-mère morte, je ne pense plus qu’à ça, ça fait neuf mois et je n’arrive même plus à me souvenir d’elle vivante ! ça aide vachement, ouais !
    Quand je suis dans la rue, j’imagine même les gens que je croise morts et sans vie, ça m’obsède, la mort me hante…
    J’étais déjà obsédée par la mort bien avant que ma grand-mère ne meurt, en me baladant dans les cimetières sans raison et en en ressortant en ayant encore plus envie de me tuer…

    Bah, si j’étais allée à l’enterrement de ma grand-mère, ça n’aurait fait qu’accroître mon obsession envers la mort et accentuer mon mal-être.
    Je ne regrette absolument pas de ne pas être allée à l’enterrement (si j’y étais allée, les images me hanteraient toujours : d’ailleurs, je ne supporte pas de voir un cercueil, même d’une personne inconnue), ce que je regrette, c’est d’être allée la voir morte.

    Et la vie n’a pas « repris son cours » non, je pense à ma grand-mère nuit et jour, même si elle est partie dans un autre monde depuis neuf mois.

    Et le genre de phrases telle que « C’est la vie » m’horripile, comme je l’ai écrit dans mon précédent message… On ne risque pas de l’aimer, la vie, si vous nous dites que la vie est synonyme de perdre les gens qu’on aime. A quoi ça sert de vivre si c’est pour perdre les gens qu’on aime, hein ? …

    D’ailleurs, j’ai un commentaire à vous faire par rapport à cela :

    « La vie n’est pas toujours remplie d’événements heureux que ce soit un mariage, la naissance d’un bébé, une promotion, l’achat de la voiture de ses rêves, un voyage tant attendu ou quoi que ce soit »

    –> Tous les bébés pleurent à la naissance. Ne serait-ce pas parce que l’on dit que la vie est une maladie sexuellement transmissible ? 🙂

    En revanche, beaucoup de personnes décédées ont l’air de sourire…

    Conclusion : peut-être que la mort vaut beaucoup mieux que la vie.
    « La mort est tellement bien que personne n’en est jamais revenu » ^^

    La seule et unique chose qui me permet de moins souffrir, mon seul et unique espoir est d’ailleurs de retrouver les êtres chers disparus dans l’au-delà. Si je n’avais pas cet espoir, j’aurais déjà quitté cette vie.

  4. Oiseau-de-Pluie
    7 juillet 2014 à 13 h 33 min

    P-S : Si vous n’acceptez pas mes commentaires alors qu’ils ne comportent ni insultes, ni racisme, ni propos diffamatoires, ni aucune chose permettant de les supprimer, je pense que vous devriez préciser :

    « Postez des commentaires uniquement si votre avis est susceptible de nous convenir, c’est à dire s’il est positif. Il est absolument interdit de poster des commentaires à caractère négatifs et n’allant pas dans le sens de la vie ».

    😉

    • M. E
      18 décembre 2014 à 13 h 56 min

      Merci beaucoup pour ces commentaires…je suis 100% d’accord avec toi.

  5. 10 mars 2016 à 23 h 05 min

    un des freres de mon pére vient juste de decedes.
    c’est ma mére qui a decouvert son corp.
    lundi ce sera mon tout 1er enterrement j ai peur de craquer je n’ai que 16 ans et ma petite soeur n en a que 12 ans

  1. No trackbacks yet.

Quelque chose à dire ? Laisse ton commentaire ! :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s