Publicités
Accueil > Expériences personelles > Récit d’un adolescent accroc à Call Of Duty pendant quelques mois.

Récit d’un adolescent accroc à Call Of Duty pendant quelques mois.


Et oui, moi aussi comme pleins d’autres personnes durant leurs adolescence, j’ai eu ma période « no-life » où j’étais capable d’aligner des journées de plus de 10 heures de jeux-vidéos !

Encore aujourd’hui, je me demande comment j’ai pu faire quand actuellement 30 min de jeux vidéos tous les 8 jours commencent rapidement à m’ennuyer! N’en est pas moins que je l’ai fait et particulièrement sur deux jeux que je nomme CoD4 (Call Of Duty : Modern Warfare) et CoD5 (Call Of Duty : World At War). Alors oui, je vous voie déjà venir « ololz koll of duti jeu dnoob » et tout ce que vous voulez. Peut être. Peut être pas. Là n’est pas le débat. Bref…

CoD4 était mon premier FPS auquel je touchais dans ma vie. Sorti en 2007, développé par Infinity Ward, ce jeu s’est révélé être une véritable bombe et l’est toujours! Je le considère toujours d’ailleurs comme étant le meilleur des FPS (sur la série des Call Of Duty, ne vous emballez pas). J’ai taté le jeu au début avec quelques difficultés, un ratio négatif et une addiction hors-du-commun! J’y jouais sans m’arrêter, faisant grimper au fil des semaines le ratio. Mon mode préféré à l’époque était alors le « QG » (la R&D était bien trop compliquée et pas assez attrayante pour moi voyons).

Après avoir aperçu les premiers « cheaters » sur des parties online, je commençais à faire des recherches sur Internet concernant le jeu! C’est ainsi que je découvre ce que pouvait être les « glitchs » et que je commençais à m’amuser (ou plutôt à m’énerver) avec un ami à les reproduire lors de parties privées! Je découvrais aussi les forums dédiés à ce jeu vidéo et leurs nombreux topics dont ceux récurrents des teams!

Ca m’intéressait, je trouvais le concept intéressant! De la compétition, des co-équipiers, développer des tactiques lors d’entraînements, affronter d’autres teams, se créer une petite réputation.. j’avais envi d’essayer!

Je trouve ma 1ère team sans grande difficulté, la genre de team qui prend tout le monde, où on est largement trop, où les entrainements ressemblent à un gros bordel, où tu joues un match de team n’importe comment, bref, un p’tit truc d’amateur mais ça me faisait découvrir l’univers.

En attendant, je continuais de m’améliorer, je tuais le mode Recherche & Destruction et devenait rapidement très coriace avec de très bons réflexes et de bonnes techniques de jeux. C’est ainsi que je suis monté jusqu’à la 708ème place mondiale (en partant de loin) avant que ma Box Internet me lâche pour plus d’un mois. Gros sevrage (difficile à l’époque).

N’empêche que CoD5 (aka World At War développé cette fois-ci par Treyarch) n’allait pas tarder à pointer son nez. Et celui-là, j’étais chaud, je l’attendais de pied ferme dès sa sortie. J’avais entre temps fait l’acquisition d’un casque Sharkoon X-Tatic Dolby 5.1 histoire d’entendre le moins geste (de l’abeille près de la poubelle dans CoD4 au bois qui craque dans CoD5, on entend vraiment tout, assez choqué au début je dois l’avouer!)! Sans compter les différents réglages du casque assez impressionnants pour équilibrer les sons! Localiser l’ennemi rien qu’à son déplacement était alors devenu un « jeu d’enfant ».

Novembre 2008. CoD5 pointe son nez. Evidemment, il me le fallait avant tout le monde. J’arrive à l’avoir 1 jour avant sa sortie officielle il me semble. Tout excité je lance la galette dans la douce fente de ma PlayStation (ouh la). Direction le mode online (déjà ouvert) sans réfléchir, le mode solo ça sera pour dans quelques mois! Et à partir de ce moment là, c’est la grosse course! Ca ne joue qu’en R&D, ça essaie de découvrir les maps le plus rapidement et ça enchaine les parties sans s’arrêter. Les 10 prestiges sont torchés en un peu moins de 2 mois il me semble si mes souvenirs sont bons (un des premiers en tout cas).

Mon objectif majeur était de jouer le classement et celui-ci était bon. Très bon même. En effet, rapidement, je me suis retrouvé dans le top 100 mondial et dans le top 5 français. Pour tenir la cadence, + de 25 000 points quotidiens étaient nécessaires pour ceux qui ont les repères en tête. Pour faire plus concret, je jouais du matin 10h/11h au soir 1h environ en s’arrêtant uniquement pour manger et environ 1h/1h30 dans la journée pour faire « autre chose » (zapper sur la télé ou mater le forum associé au jeu).

Très vite, tenir ce rythme était quelque chose de vraiment insoutenable (au point de se demander si mes concurrents ne sont pas deux sur le même compte : un qui joue le jour et l’autre la nuit!)! D’autant plus que je n’arrivais plus à monter suite à l’apparition d’une méthode de tricherie : le RANK. Le principe ? Deux équipes de 6 joueurs préformées sur l’accueil, une équipe créer une partie en domination, la deuxième équipe essaie de rejoindre celle-ci en cherchant une partie en domination. On réunit nos 12 joueurs avec aucun intrus, la partie se lance, tout le monde se réunit autour d’un drapeau et tour à tour, les 2 équipes de 6 joueurs prennent le drapeau de manière à enchainer les +15, +15 très rapidement pour terminer sur une partie à 2000 ou 4000 points (j’hésite mais c’était énorme et bien plus avantageux que de jouer en ligne). Alors oui, cette technique te fait monter rapidement dans le classement mais elle est très ennuyante. J’ai du y avoir recours un certain temps car arrivé à mon classement du top 100, le simple fait de continuer à jouer en ligne normalement pouvait me faire perdre des places! Et oui, c’est assez hallucinant alors que mes scores étaient loin d’être mauvais! Je me souviens de cette partie de R&D, je finis sur un score de 800, je regarde le classement et… j’ai perdu une place! Le RANK était devenu indispensable pour espérer prospérer dans ces places du classement (malheureusement)!

Parallèlement à ça, je continuais à jouer en team mais d’un niveau bien plus intéressant avec des joueurs présentant un très bon niveau! Je recevais diverses demandes et j’avais fini par atterrir dans une team excellente! Rien ne nous arrêtait, on enchaînait les victoires de manière suuuuper simples, tous les joueurs étaient vraiment d’excellents joueurs maniant le jeu parfaitement, on enchainait les tournois que l’on remportait également, nous avions même été élus « meilleure team de France »! Hormis les basiques matchs de team organisés via le forum national, notre team participait aux fameux matchs européens et mondiaux sur GameBattles et là aussi, malgré le haut niveau des joueurs présents sur cette plateforme, nous enchainions les victoires. Au terme de la saison, il me semble que l’on finissait 2ème et nous faisions donc partie des 8 teams sélectionnées pour participer aux Play-Off quand le pire arriva… la team fut dissoute pour cause de problèmes internes (les joueurs étant souvent jeunes et peu matures, c’est souvent le triste sort qui est réservé à une majeure partie des teams malheureusement).

C’est ainsi que j’ai décidé de mettre fin à tout ça : mon classement mondial était intenable, l’excellente team dans laquelle j’évoluais était dissoute et le prochain CoD était selon moi totalement nul et je ne me voyais pas recommencer tout ça!

C’est assez hallucinant comment cette popularité si éphémère voire même ridicule (finalement être classé dans un top 100 sur quelques millions de joueurs sur un jeu vidéo, ça mène à rien et c’est même de la perte de temps inutile, trop c’est trop) était tout de même plaisante! Tous les jours, je recevais des demandes d’ajouts d’amis, des messages tantôt gentils et encourageants tout comme des messages de rageux insultants pour le plaisir! On a l’impression de sentir aimé et d’être quelqu’un de « magique » d’autant plus lorsque des joueurs se mettent à crier au micro lorsque j’arrive dans une partie!

Même si cette expérience m’a bouffé énormément de temps personnel (+ de 100 jours de jeu), j’en tire du bon et du mauvais! Du bon, car l’expérience fut bonne et me rappelle de bons souvenirs lorsque je remémore ces longues soirées de matchs de team au micro, cette tension et le stress palpables… Toutefois, je regrette peut être d’avoir délaissé ma vie personnelle notamment au lycée! Si je devais quand même donner un conseil aux gens jouant beaucoup aux jeux-vidéos, c’est de n’y jouer que pour le plaisir et sans but car toute célébrité que ça pourra vous apporter ne sera que virtuelle, fortement éphémère et très inutile.

Photo creditcredit_00 / Foter.com / CC BY-ND / DeclanTM / CC BY
Publicités
Catégories :Expériences personelles
  1. 15 juin 2013 à 7 h 00 min

    C’est dommage que tu te sois aretté en plein élan a cause de jeunes immatures comme moi, mais c’est pas mauvais non plus, tu as du être un peu plus social après non, j’ai fais pareil moi sur Dofus, et après qand j’ai découvert la vie en société, c’etait beaucoup plus sympa

  1. No trackbacks yet.

Quelque chose à dire ? Laisse ton commentaire ! :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s