Publicités
Accueil > Expériences personelles > [+18] Apprendre l’anatomie en disséquant un cadavre.

[+18] Apprendre l’anatomie en disséquant un cadavre.


Je finis d’engloutir mon Big Mac, les 2-3 frites qui traînent et je descends d’un trait la fin de ma boisson. Treize heures et trente minutes. Il va être l’heure de retourner à la fac. J’me suis explosé le bidou, mon seul souhait serait de pouvoir me jeter dans un canapé et de roupiller. Mais non! Je franchis les barrières de la fac de médecine pour me rendre à mon TD. A vrai dire, je ne sais trop à quel TD je vais assister, je me contente simplement de les valider. Je monte la totalité des escaliers composant ceux de ma fac. Arrivé devant la dite salle, surprise. Un vestiaire improvisé, des dizaines de personnes attendent déjà en blouse, impatients, se relayant entre eux ce que les groupes précédents ont pu leurs raconter sur ce fameux TD. « On va pratiquer« , « Non, il parait que ça va », « J’ai trop hâte ». Mais qu’est ce qu’on va faire ?! J’ai loupé quelque chose, un épisode ?!


Un homme arrive, ferme la salle-vestiaire et nous fait avancer tout au fond du couloir. On franchit les portes battantes et une odeur différente -ni agréable, ni nauséabonde- se fait déjà ressentir. On arrive dans un petit sas et on nous fait prendre une paire de gants. A la queue-leu-leu, on entre dans la vraie salle et là… surprise! C’est presque dix cadavres de personnes ayant charitablement fait don de leurs corps à la science que de pauvres étudiants en médecine encore innocents ont le privilège de pouvoir tâter dans le but d’apprendre de manière bien plus concrète l’anatomie humaine autrement que par des schémas souvent bien peu représentatifs de la réalité des choses (cette phrase était longue). Ok, bon, ça change des TD assis sur sa chaise à regarder sans arrêt l’heure sur son téléphone, ça va être autre chose, on va « s’amuser » ! En guise de décoration dans cette salle ? Des bocaux. Oui, des bocaux ne contenant rien d’autres que des cerveaux, des coeurs mais aussi des bébés cadavres. Sympa l’ambiance.

Leçon d’anatomie du docteur Tulp, Rembrandt, 1632

Nous sommes divisés en petits groupes autour d’un cadavre avec pour professeur un étudiant bien plus avancé que nous dans ses études. Les anatomistes, qui sont également nos professeurs, s’occupent eux de déambuler entre les groupes (et les cadavres).

Alors, ça ressemble à quoi un cadavre ? Allongé sur sa table en linox grise, nu, il présente des plaques rouges sur les bras, parfois des taches abdominales vertes dues à la putréfaction, une légère chevelure grise et quelques poils pubiens sont encore présents, les bouches sont complètement pourries de l’intérieur, les ongles sont généralement très longs, les corps sont raides et froids. Bref, rien de bien étonnant (les corps sont « traités » pour ralentir la pourriture de ceux-ci).

Scalpel en main, on crée une plaie sur la jambe pour apprendre à recoudre celle-ci. Fil à recoudre, pince et ciseau, c’est parti. Joie de vivre, concentration, je suis actuellement en train d’apprendre à recoudre un mort. Youpi, tout est normal. Ca sera un truc de plus à ajouter à la liste des choses étranges que j’ai pu faire. A côté de moi, une étudiante au teint blanchâtre quitte la salle prendre l’air pendant que je soulève la berge de cette plaie me laissant découvrir cette texture jaunâtre sous la peau. Je pique d’un côté, je passe de l’autre côté, on serre tout ça et on coupe le fil. Ca y est, c’est tout con finalement!

Bon, ça, c’était le soft, c’était une petite manoeuvre de surface, rien de bien phénoménal. Le corps humain ne se résume pas qu’à ça, il y a des tas de choses à l’intérieur de notre tronc, de notre cerveau… Oui, oui, on va littéralement découper, charcuter, déglinguer salement le corps de ces pauvres gens. Enfin bon, après tout, ils l’ont voulu…

Axillaire (au niveau de l’épaule)

On s’attaque à la zone des pectoraux, de l’épaule, du bras… Bon, pour faire simple, on dépèce le cadavre quoi. « Ici, y’a le muscle, là c’est le passage de la veine, allez-y, n’hésitez pas, touchez touchez la texture! Quelqu’un veut essayer de charcuter manipuler ? » Deux ou trois curieux courageux se laissent tenter à cette douce expérience. « Bon, là, j’voudrais vous montrer mieux que ça ! Pour ça, on va luxer l’épaule, qui vient m’aider? » Euh, c’est sérieux là, c’est pas une blague ? Un sadique se porte volontaire sous le regard quelque peu étonné et effrayé de certains ou amusés et excités d’autres. Telle une prise de judo, ce sadique mec chope le bras de notre gentil cadavre et commence à tourner celui-ci de toutes ses forces dans le sens opposé pour lui déboiter l’épaule (ou lui arracher le bras au choix). Notre pauvre monsieur commence déjà à ne plus ressembler à grand chose…

To be continued…

Photo creditDade Freeman / Foter.com / CC BY-NC-ND /estherase / CC BY-NC-SA / Public Domain Mark 1.0 / Anatomist90 / CC BY-SA
Publicités
Catégories :Expériences personelles
  1. vive les weshs
    5 avril 2013 à 17 h 08 min

    Jerry

  1. 23 juin 2015 à 23 h 11 min

Quelque chose à dire ? Laisse ton commentaire ! :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s