Publicités
Accueil > Réflexions > Le présent n’existe pas. « CQFD ».

Le présent n’existe pas. « CQFD ».

a-connection-between-past-and-future_4

Le passé, on le connaît, il a été, est derrière nous et s’éloigne à chaque instant un peu plus, c’est ce qui est avant le présent. Le présent est déjà passé au moment où il s’écoule. Alors si le présent est le point de passage du passé vers le futur, il n’en est pas moins qu’il en reste extrêmement éphémère de par sa fugacité, voir « inexistant » ! Le futur, lui, on l’imagine, il est devant nous et se rapproche, il sera bientôt. Finalement, pour résumer, notre futur dépend de notre présent et notre présent est une conséquence du passé.

Imaginez la seconde, ou plutôt la fraction de seconde, qui va arriver ou celle qui vient de filer pendant que vous lisiez ces mots ? Votre esprit n’a même pas eu la possibilité d’y penser qu’une autre fraction de seconde s’est déjà écoulée et a pris sa place, et cela ainsi de suite tout en restant « impuissant » face à cela.

4193843925_2bd68b65ce

Prenons comme exemple celui très simple du sablier. Une cavité supérieure et inférieure élargies ainsi qu’un passage central rétréci. On retourne ce sablier et les grains de celui-ci tombent ainsi chacun leur tour en passant par ce passage central rétréci et tout cela de manière continue, sans s’arrêter, les uns après les autres. Ils n’ont pas le temps « d’exister », ils tombent du haut vers le bas, de la cavité supérieure vers la cavité inférieure pour s’écraser dans cette dernière sur le tas formé des autres grains que l’on pourrait considérer comme les « archives du passé ». Le futur est alors bien évidemment représenté par ces grains qui sont pour le moment encore situés dans la cavité supérieure, à ce moment précis, le futur « existe ». Le passé, lui, on peut le deviner, on peut le connaître, ce sont tout simplement les grains qui au fur et à mesure se trouveront dans la cavité inférieure du sablier. Ce passé là, il est là, inerte, on ne peut plus le modifier. Il a été le futur, il a été « présent » et n’est désormais plus que passé. Mais le présent alors ? Le présent, sur un instant t très précis, ne représente rien. A peine avons nous le temps d’essayer de l’analyser que celui-ci se retrouve déjà dans le passé et c’est alors un autre temps, le passé, que nous nous retrouvons à analyser. Le futur, dans l’immédiat, arrive et passe directement dans ces « archives » du passé sans réellement passer par la case présent …

7621209574_8624de9974

Peut-on tout de même alors considérer un présent universel ? Celui que toute personne vivante de ce monde ressent actuellement ? Finalement, le simple fait de se sentir vivant peut-être ?

Ce qui n’en reste pas moins sur est que le passé est le futur du présent et que le présent est le passé du futur si je ne vous ai pas perdu.

Autre exemple concret. Lorsqu’on regarde une étoile dans le ciel,  on la regarde finalement dans le passé car le temps que l’image de celle-ci ne parvienne à nos yeux, elle est en réalité déja dans son propre futur.

Ainsi, on peut en déduire que n’importe quelle distance séparant deux objets va ainsi créer un décalage puisqu’on verra de manière systématique un objet qui est éloigné dans le passé. Evidemment, entre deux humains, cette différence est imperceptible. On la considère donc inexistante et on « imagine » que nous vivons dans un présent commun à tous.

the-show-must-go-on-2_4

On peut ainsi conclure qu’en réalité, il n’existe ni de présent, ni de passé, ni de futur. Ces trois « choses » seraient relatives à la position du sujet dans l’espace (un(e) ami(e) que vous voyez à 100 mètres devant vous sera en fait déja sous un autre état avec une différence imperceptible de quelques nanosecondes).

C’est pour cela qu’il faut considérer que le temps est relatif et non absolu. Il n’existe pas de présent réel et on doit imaginer celui-ci comme une maille entremêlée à l’espace et donc à une dimension en quelque sorte. Vivez donc et ne réfléchissez pas trop à l’infini ou à l’existence réelle du présent. Sachez parfois traverser le pont des incertitudes pour ne plus y être le jour où celui-ci s’effondrera. Carpe diem.

Photo credit : ★ jox / CC BY-NC-ND / DavidCampbell / Foter / CC BY-NC / sophos9 / 55Laney69 / CC BY
Publicités
Catégories :Réflexions
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. 6 décembre 2015 à 14 h 01 min

Quelque chose à dire ? Laisse ton commentaire ! :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s